E-sigaret: les trois quarts des ados vapoteurs consomment nicotine et cannabinoïdes


Translating…


De Beste Kwaliteit CBD Olie?

MHBioShop CBD Olie Specialist  


Pour la meilleure qualité d’Huile de CBD Visitez

HuileCBD.be specialiste Huile de CBD


   

Selon une enquête, 75% des adolescents américains qui utilisent une cigarette électronique consomment de la nicotine, du CBD, du THC, ou un mélange des trois.

Jusqu’à maintenant, les enquêtes sur l’usage de la cigarette électronique parmi les adolescents américains montraient qu’ils consommaient plutôt des liquides uniquement aromatisés, neutres en nicotine ou autres substances psychotropes. Mais une nouvelle étude, publiée ce lundi 16 décembre dans la revue American Journal of Preventive Medicine indique qu’en réalité 75% des adolescents qui vapotent utilisent des liquides contenant des substances addictives ou psychotropes, comme la nicotine, le THC ou CBD, voire des mélanges de ces substances. 

Pour parvenir à ces résultats, Hongying Dai et son équipe ont étudié les habitudes de 14 560 adolescents américains en matière de vape. Ils ont, pour cela, utilisé les données de l’étude Monitoring the Future, réalisée en 2017. Sur les 14 560 participants, 12% déclarent avoir vapoté au moins une fois lors des 30 jours précédents. Parmi ces vapoteurs, 24,9% seulement affirment consommer uniquement des liquides neutres et aromatisés. Les 75,1% restant utilisent quant à eux des liquides contenant de la nicotine, des substances psychotropes associés à la marijuana (CBD ou THC), voire des mélanges des trois. 

En analysant les données, les chercheurs ont découvert, assez logiquement, que les fumeurs de cigarettes ‘classiques’ sont plus enclins à consommer des liquides contenant des substances addictives ou psychotropes. Ils ont également constaté que les élèves de 15 à 18 ans sont plus nombreux à consommer des substances addictives et psychotropes que ceux de 13-14 ans. L’étude indique aussi que les garçons sont plus enclins à consommer ces substances que les filles, et que les blancs vapotent plus volontiers des substances psychotropes citées que les Noirs ou les hispaniques. En résumé, le portrait-robot du vapoteur de liquide contenant de la nicotine, du THC, du CBD ou un mélange des trois est un adolescent blanc ayant entre 15 et 18 ans. 

Les jeunes de plus en plus fans de la cigarette électronique

Ces résultats sont d’autant plus inquiétants que les États-Unis font face, depuis quatre mois, à une épidémie de pathologies pulmonaires – 2200 personnes atteintes, 42 décédées – liée à l’usage détourné de cigarettes électroniques avec des liquides composés de CBD, de THC ou d’autres substances psychotropes. 

Cette nouvelle étude est également à mettre en parallèle avec les dernières enquêtes montrant que l’usage de la cigarette électronique explose de façon spectaculaire chez les jeunes américains depuis 2017. Selon les scientifiques, cette augmentation s’explique notamment par la popularité croissante des liquides contenant du sel de nicotine, des cigarettes électroniques “pod”, comme celles de la marque JUUL, qui fonctionnent grâce à un ensemble jetable rassemblant le réservoir, le liquide et la résistance, mais aussi grâce au nombre grandissant de saveurs ciblant les adolescents (goûts sucrés). 

LIRE AUSSI >> Juul, la e-clope star des ados débarque en France 

Cette situation a conduit l’administrateur de la santé publique des États-Unis – le principal porte-parole du gouvernement fédéral pour les questions de santé publique – à émettre un avis sévère sur les cigarettes électroniques. “Cela ne suffira probablement pas à inverser la tendance”, écrivent les chercheurs dans un communiqué accompagnant leur étude. La recrudescence de lésions pulmonaires aux États-Unis montre que l’imposition de restrictions devient urgente”. “Une surveillance continue des usages des adolescents, ainsi que la mise en place de stratégies et de mode d’action pour réduire l’usage de la cigarette électronique chez les plus jeunes sont nécessaires, insistent Mohammad Siahpush, co-auteur de l’étude et chercheur à l’Université Nebraska Medical Center. La vérité, c’est qu’aucune forme de tabac est sans danger”. 

Cigarette ou “vapoteuse”, l’Académie nationale de médecine a tranché

En France, l’Académie nationale de médecine a émis un avis le 11 décembre dernier rappelant “les avantages prouvés et les inconvénients indûment allégués de la cigarette électronique”. Selon l’instance scientifique, la cigarette électronique reste moins dangereuse que la cigarette classique. “La confiance en la cigarette électronique est aujourd’hui ébranlée par l’observation d’une soudaine épidémie de pathologies pulmonaires localisée aux Etats-Unis ainsi que par le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui sans argumenter, qualifie la cigarette électronique ‘d’indiscutablement nocive'”, écrivent les chercheurs français. Cette “crise de confiance” pourrait décourager les vapoteurs et provoquer un retour vers la cigarette classique qui, elle, “tue la moitié de ses fidèles consommateurs”, poursuivent-ils. 

“Il est établi que la vaporette est moins dangereuse que la cigarette, comme l’a indiqué l’Académie nationale de médecine dès 2015, il est donc préférable pour un fumeur de vapoter [plutôt que fumer des cigarettes classiques]”, indique encore le communiqué de l’instance française, qui estime que l’inquiétude est fondée aux États-Unis, mais pas en France.  

LIRE AUSSI >> Vapoter pourrait accroître le risque de cancer, selon une étude critiquée 

De son côté, la Haute autorité de santé (HAS) française, plus nuancée, ne “recommande pas la cigarette électronique comme outil de l’arrêt du tabac mais considère que son utilisation chez un fumeur qui a commencé à vapoter et qui veut s’arrêter de fumer ne doit pas être découragée”, peut-on lire sur son site Internet. À l’échelle mondiale, les chercheurs reconnaissent manquer de recul sur la cigarette électronique, dont l’essor est encore trop récent pour permettre une évaluation certaine de sa dangerosité ou de ses avantages. L’ensemble des études tendent néanmoins à indiquer qu’elle serait moins nocive que la cigarette classique et, plus certainement, qu’il vaut mieux ne pas fumer ni vapoter pour préserver au mieux sa santé. 

Lees Meer

Leave a Comment